Exposition « Kimono, au Bonheur des dames » au Musée Guimet

J’ai récemment été aller voir l’exposition du Musée Guimet « Kimono, au Bonheur des dames » qui retrace la mode japonaise pendant l’ère d’Edo (1603-1868) et qui finit sur les kimonos re-visités des artistes de nos jours comme Issey Miyake, Kenzo, etc…

C’est une exposition très enrichissante, qui nous montre de très belles pièces et nous replonge dans l’époque d’Edo (Edo qui était autrefois le nom de la capitale du Japon, notre actuel Tokyo).  

J’ai adoré voir ces kimonos, les motifs aussi précis et créatifs, les techniques qu’ils développaient pour les teintures, comme les pochoirs pour pouvoir faire des motifs plus ou moins précis, mêlés à de la broderie parfois avec du fil d’or. Cette exposition nous explique aussi les règles et coutumes  autour du kimono, les cadeaux que l’on offrait aux jeunes mariés pour leur porter bonheur etc. 

Et l’exposition se termine sur les grands créateurs d’aujourd’hui tel Issey Miyake, Kenzo, John Galliano, Junko Koshino, etc.. qui ont repris les kimonos japonais pour en faire de la haute couture plus occidentalisée. 

Je vous laisse avec les photos que j’ai prises durant l’exposition et déguster toutes ces petites merveilles 🙂  

L’exposition est jusqu’au 22 mai 2017 alors dépêchez-vous ! 🙂 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Katabira à motifs de prunier, quadrillage, chrysanthèmes et lespédèzes -18ème siècle.

« Cette pièce de type katabira en étoffe de lin, était portée par une femme de la classe marchande pendant la période la plus chaude de l’été. Les manches longues et pendantes (type furisode) indiquent qu’il s’agissait d’une femme célibataire. Les motifs sont tantôt brodés, tantôt teints sur le fond blanc, selon la technique de la teinture yuzen zome ou celle de la teinture au pochoir. Le décor consiste en un motif de prunier, de chrysanthèmes et de lespédèzes disposés autour d’un quadrillage. Cette utilisation de motifs automnaux ou hivernaux des vêtements d’été est typique de l’époque d’Edo. »

Junko Koshino (né en 1939) – Kimono Oiran 2009 soie et polyester

« Les Oiran (« fleurs premières ») étaient à l’époque d’Edo des courtisanes de haut rang, maîtrisant les arts de la musique et du divertissement. Elles étaient de véritables arbitres des élégances et lançaient des modes. Ce kimono, réalisé dans des matériaux légers, est assorti de chaussures très élevées, de près de 20 cm de talon. Il se réfère aux codes vestimentaires de l’oiran. La démarche lente couplée à l’énorme noeud du obi attire l’attention sur l’élégante. »

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, j’espère que cela vous aura donné envie d’aller y faire un tour ou au moins vous aura fait un petit peu découvrir la mode japonaise ! 

A très vite 🙂

Les Couleurs d’une Vie.

4 thoughts on “Exposition « Kimono, au Bonheur des dames » au Musée Guimet

  1. Merci pour ce très bel article et les photos qui vont avec! Voici une visite inspirée, inspirante et érudite comme je les aime! Continue à nous étonner et à nous donner envie de voir et vivre de belles choses! Bravo!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s