Livre : Les Proies de Annick Cojean

Livre saisissant, horrifiant, révélant aux yeux du monde, ce que des milliers de gens tentent d’enfermer et d’enterrer, dans un pays qui a été dirigé par la haine, l’orgueil et la domination de la femme.

Je cherchais un livre à lire, il y a quelques mois. Et ma soeur m’a dit « Tu veux des faits réels ? Tiens, tu ne seras pas déçue, mais tu verras, c’est dur. » 

Habituellement, il m’en faut beaucoup pour me choquer. Mais là, je ne m’attendais pas à tant d’horreur, tant de détails glauques et surtout je ne m’attendais pas à découvrir un personnage avec si peu d’humanité et de considération pour les êtres humains. Je n’imaginais pas que de nos jours, où tout se sait si vite, il était encore possible de cacher des faits, des actes aussi abominables, et de mener un pays sous l’emprise de la terreur. J’étais encore sans doute bien trop naïve, et bien je peux vous assurer que ce livre m’aura montré un bout de l’Histoire, encore un, bien affreux.

Ce livre parle des esclaves sexuelles de Mouammar Kadhafi. Je ne peux pas être plus directe. 

Il est écrit par une journaliste du Monde, qui venait en Libye afin de mener une enquête sur le rôle des femmes lors de la révolution en 2011.

Ce livre se divise en deux parties : la première raconte la vie de Soraya,  jeune fille/femme ayant vécu d’on ne peut plus près les kidnappings, viols, coups et autres actes terribles commis par le dictateur. Et la deuxième partie se nomme « l’Enquête »; après avoir rencontré et écouté l’histoire de Soraya, Annick Cojean (la journaliste) a cherché à en savoir plus sur les autres femmes qui auraient vécu les mêmes atrocités, et sur les personnes ayant travaillées avec Kadhafi. 

Soraya n’avait que 15 ans lorsqu’elle s’est fait arracher de son foyer par les gardes de Kadhafi. En effet, il allait régulièrement visiter les écoles afin de repérer de nouvelles proies, de nouvelles jeunes filles qu’il pourrait avoir à ses côtés pour combler ses désirs sexuels. Car la Libye était en fait dirigée par un obsédé sexuel, un homme dont l’autorité n’était due qu’à la peur qu’il inspirait : la peur du sexe. La peur de se faire tuer ou violer à tout moment. 

Soraya s’est donc malheureusement fait remarquer par ce fou et quelques jours plus tard, les gardes de Kadhafi sont venus l’enlever disant qu’elle était attendue pour saluer le guide. Personne n’avait vraiment idée de ce qui se passait dans l’enceinte de Bal al-Azizia, Soraya était donc flattée et fière d’avoir retenu leur attention. C’était la dernière fois qu’elle vivait avec ses yeux d’enfant. 

Une fois amenée devant le Guide, après une traversée du désert, sans lui dire où on l’emmenait vraiment, elle subit une série de tests sanguins obligatoires avant de le rencontrer. Puis on l’habilla avec une tenue légère blanche et au bout de quelques heures d’attente, on la jeta dans la gueule du loup, dans sa chambre, lui nu sur le lit prêt à la violer. 

Ce que je vous raconte, n’est qu’une brève introduction de la suite de cette histoire insensée. Quelques jours après, ils l’enfermèrent dans une cave à Bab al-Azizia, où elle était appelée à tout moment, nuit et jour, pour satisfaire les désirs du dictateur. Et vous imaginez bien que ça ne se passait pas avec tendresse. Il la forçait à boire, prendre de la coke, fumer etc, lui qui publiquement, prônait la religion et la morale. Il la violait plusieurs fois par jour, avec une violence inouïe, la mordait, la frappait. Parfois elle s’évanouissait tant elle perdait de sang. Une horreur. Soraya a vécu ce cauchemar pendant plusieurs années, sans nouvelles de sa famille. 

A la libération de la Libye, les femmes (des centaines) qui avaient été enlevées ont été obligées de se cacher : par honte, par peur d’être jugées complices de ce gouvernement par les rebelles. Dans ce pays, une femme violée est une femme salie, mais qui salit aussi toute la famille. C’est la honte la plus terrible et elle ne peut plus espérer se marier, plus de travail, plus de vie tout court. Soraya a dû fuir sa famille car elle portait l’horreur et l’ignominie, et le seul moyen pour ses frères de sauver l’honneur de la famille aurait été de la tuer. 

Kadhafi a torturé des centaines de femmes, a même violé de nombreux hommes, car pour lui le pouvoir passait par l’humiliation, la domination et le seul moyen qui était à sa portée était le sexe. Si l’on s’opposait à lui : on était tué. 

Kadhafi a détruit la vie de tellement de gens, de femmes, d’hommes, de familles, à tout jamais, que je ressens le besoin de partager ce livre, pour rendre un peu de justice à ses femmes qui tentent encore de se cacher, qui n’ont toujours pas eu de réparations morales. Ces centaines de femmes qui attendent toujours une justice, et qui espéraient à la libération d’être enfin écoutées, vu le rôle qu’elles avaient jouer dans la révolution, et qui ne sont finalement retournées qu’à l’état de femme épouse. 

Je ne sais pas si beaucoup d’entre vous auront lu cet article jusqu’au bout, mais il me parait impossible de résumer ce livre plus que ça.

Même si ce livre est dur, car dans la première partie, l’histoire de Soraya est contée dans ses moindres détails, je vous conseille de le lire, car c’est une partie de l’Histoire qui n’est que très peu connue (à ce niveau) et ces femmes valent au moins la peine que l’on lise ces 324 pages. 

Ce sera sans doute l’un des livres les plus marquants que j’aurai jamais lu, et j’admire d’une part ces femmes pour le courage dont elles ont su faire preuve, et d’autre part, cette journaliste qui a pris ces risques pour mener cette enquête et qui n’a pas abandonné ces femmes malgré les difficultés rencontrées et d’avoir mis au grand jour, Leur Histoire.

 

Merci d’avoir lu cet article jusqu’à la fin ! Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! 

 

Les Couleurs d’une Vie.

3 thoughts on “Livre : Les Proies de Annick Cojean

  1. Ce résumé exprime très bien ce qu’a pu être la vie de ces femmes soumises à la violence de ce dictateur mais je me contenterai de celui-ci car je ne pense pas avoir besoin de détails supplémentaires pour comprendre … merci néanmoins de nous avoir éveiller sur ce sujet qui est loin sûrement d’être le seul cas ! Les esclaves sexuelles existent encore…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s