Les achats compulsifs, ou « l’oniomanie » : des remèdes ?

Bonjour !

Je voulais aborder aujourd’hui un sujet qui selon moi est important car je pense qu’il touche beaucoup de personnes, dont moi-même : les achats compulsifs. Je n’étais pas sûre de vouloir en faire un article, par peur de me faire juger ou traiter d’enfant pourrie gâtée qui s’invente des problèmes. Ce n’est pas le cas, et je pense que ce n’est pas un sujet à prendre à la légère car être acheteur compulsif peut causer de réels problèmes, et contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, ça ne se contrôle pas toujours, si ce n’est jamais, et ne touche pas seulement les personnes les plus aisées financièrement. Bref je voulais en parler avec vous ici, et surtout vous donner quelques conseils pour essayer de s’en débarrasser. Bien que n’étant pas moi-même encore sortie du tout de l’auberge, je compte entamer dès ce mois-ci mon processus de guérison, et suivre mes propres conseils ! Certains ont déjà marché, et si vous voulez que je refasse un article dans quelques mois sur mon avancée ce sera avec plaisir. Je vous souhaite une bonne lecture !

-> Mon histoire :

Je vais vous parler un peu de mon cas, et probablement que nombre d’entre vous s’y retrouveront, et vous vous sentirez certainement moins seuls !
Ça fait plusieurs années que je me considère comme « acheteuse compulsive ». Cette définition et son ressenti sont propres à chacun. Pour ma part, je définirai qu’être acheteuse compulsive c’est lorsque mes achats sont irréfléchis, obsessionnels, au dessus de mes moyens, répétitifs, s’accompagnant d’un sentiment de honte et de culpabilité.

Ça fait bien longtemps que j’entre à présent dans les magasins la boule dans la gorge en me demandant si je ne vais pas sortir avec de nombreuses pièces dont je n’ai pas besoin, et pour lesquelles je n’ai pas les moyens. Alors pourquoi entrer dans les magasins me direz-vous ? Parce que j’arrive encore à me convaincre que je n’y rentre que pour « jeter un oeil » mais rares sont les fois où j’y parviens.
Je ne suis pas très compliquée et beaucoup de choses me plaisent, je suis une passionnée de mode depuis très longtemps et j’aime le changement. Alors je vois une pièce, puis une autre… et les boutiques à petits prix nous font souvent penser que l’on en aura pour pas cher, mais à force d’accumulation, l’addition monte vite, et malgré tout : on paye… cher !
Je me sens parfois, comme me jouer des tours, je trimballe une pièce dans tout le magasin en me disant que je la reposerai et en fait, tranquillement je me dirige vers la caisse et je fais comme si rien ne se passait. La caissière m’annonce le prix, je fais mine que cela n’existe pas, je tends ma carte bleue et repars de cette boutique.
Cette situation est tellement fréquente, qu’à force, lorsque je m’achète un vêtement, une paire de chaussures, un sac, une déco, du maquillage, peu importe : je culpabilise. Vous savez, cette sensation désagréable qui vous fait sentir honteuse et nulle. Je sors de la boutique, une boule dans la gorge, déçue d’avoir encore cédé à la tentation, et d’avoir encore creusé mon compte en banque.

Alors on pourrait me dire : n’entre plus dans les magasins ! Déjà, je serai très malheureuse, mais le problème n’est pas seulement dehors : mais aussi à la maison.
On vit à l’ère d’Instagram, Youtube, Pinterest et tous ces réseaux sociaux au contenu inépuisable nous donnant perpétuellement de nouvelles envies ! Avant il n’y avait que les magazines, on le fermait et on passait à autre chose, il fallait sortir pour aller se procurer les pièces désirées. Maintenant on a plus qu’à taper sur internet le produit recherché et notre volonté est faite ! Les e-shop sont un puits sans fin. Entre les promos à tire larigot et les news-letter et tous les réseaux sociaux qui nous font baver, dur de résister. Alors, oui on le cherche sans doute un peu, c’est nous qui décidons de cliquer ou de regarder telle ou telle chose.
Pour ma part, je crois que je cherche toujours à atteindre un certain idéal et sûrement que cela me permet de m’éloigner de certains problèmes ou difficultés auxquels je ne souhaite pas faire face.

Bref, ça fait des années que je dépense trop, que j’accumule trop de choses, que je suis incapable d’économiser, que je vis dans le rouge constamment et j’aimerais une fois dans ma vie sentir que je dépense raisonnablement et à la hauteur de mes possibilités. J’en ai marre de me sentir coupable à chaque fois que je me fais plaisir, j’en ai marre de toujours finir par demander de l’argent à mes parents ou même à mon copain, parce qu’à la fin du mois je ne peux plus suivre. Alors heureusement que pour l’instant je n’ai pas de loyer ou de factures à payer, mais je souhaite prendre mon indépendance et j’aimerais me sentir capable d’être responsable, et surtout guérir de cette maladie. Car oui je la considère comme une addiction, comme un alcoolique qui ne peut pas s’empêcher d’aller à l’épicerie s’acheter sa bouteille. Et même si physiologiquement, les achats compulsifs n’ont pas d’effets, ça reste un réel problème dur à résoudre. 

On est au début du mois de février, début de la nouvelle année, ça me parait propice pour tenter de nouvelles choses et se rendre un peu fiers de nous. Alors voici mes quelques conseils pour essayer de vivre sainement ses dépenses ! J’espère vraiment que ça pourra en aider plusieurs, mais avant tout, le plus important est d’avoir la volonté de changer et de guérir. C’est comme arrêter de fumer : c’est beau d’en avoir envie, mais il faut avoir la volonté de se faire violence et souffrir un peu pour ensuite aller mieux.

-> Les remèdes :

– Faire une introspection :
Je pense que la base à toute guérison c’est se demander qu’est-ce qui nous rend comme ça ? Avant de guérir les actions, il faut essayer de comprendre ce qui nous pousse dans le fond à agir comme ça. Je suis une grande fan de l’écriture donc ce que je fais parfois quand je viens de succomber à un achat compulsif (mais vous pouvez le faire à n’importe quel moment) c’est d’écrire ce que je ressens. Pourquoi j’en avais tant envie, pourquoi je me sentais obligée de le faire, qu’est-ce qu’il se serait passé si je n’avais pas succombé à ce plaisir ? Parfois je m’aperçois qu’en fait je cherchais à combler un manque complètement différent, parfois c’était une certaine adrénaline, souvent c’est un mélange de plein de choses, et chacun est différent. C’est pour ça qu’il est important d’écrire, d’analyser notre ressenti, de mettre des mots sur les problèmes.

– Se poser les bonnes questions au bon moment :
Avant de passer à l’acte essayer de vous demander :
. Pourquoi est-ce que je désire tant cet objet ?
. En ai-je réellement besoin ?
. Cet achat peut-il attendre ?
. Que se passera-t-il si je ne l’acquiers pas ?
. Vaut-il son prix ?
. En ai-je les moyens en ce moment ? 
. N’y a-t-il pas autre chose que je préférai faire avec cet argent ?
. Me sentirais-je vraiment plus heureuse avec cet objet une fois acheté ?
. Vais-je culpabiliser ?

Toutes ces petites questions simples vont vous permettre de réaliser si vous pouvez vous permettre de résister et de faire de cet achat, un achat un peu plus réfléchi.

– Faire le tri et une liste de ce que l’on possède :
Il y a une période où j’achetais énormément de chaussures (plusieurs paires par mois), il faut dire que j’étais vendeuse de chaussures au BHV/Marais, donc la tentation était grande et constante !
Le mois dernier, j’ai ressenti le besoin de faire le tri dans mes placards et surtout dans mes chaussures. A force d’accumuler, je me sentais étouffée dans tout ça, et je savais que j’avais besoin d’un électro choc. J’ai donc décidé de sortir absolument toutes mes chaussures de leur placard. Oui, parce que quand c’est bien rangé et caché on ne se rend plus compte de tout ce que l’on possède et en plus on en oublie pas mal. Ce n’est pas compliqué : mes chaussures ont envahi toute ma chambre et résultat : + de 60 paires de chaussures. Honnêtement, j’ai eu honte et je me suis dit que c’était n’importe quoi, personne n’a besoin d’autant de chaussures, surtout que je n’en porte pas la moitié.
J’ai trié de manière assez radicale et j’ai réussi à en éliminer une quinzaine. Des chaussures que je garde depuis des années mais qui seraient bien plus heureuses avec quelqu’un qui les porterait !
Au delà de m’avoir fait gagner de la place, ça m’a fait réaliser que j’avais toutes les chaussures dont j’avais besoin, pour toutes les occasions, pour tous les styles. Que je n’en avais vraiment pas besoin de plus. Et bien, je peux vous dire que depuis, je n’ai pas racheté de chaussures et ce même en pleine période de soldes ! Ni même ressenti le besoin. Et quand je sens que je pourrai craquer sur une paire, je me force à me rappeler tout ce que je possède et que je ne dois pas craquer, que j’ai tout ce qu’il me faut. Ça ne veut pas dire que je ne m’achèterai plus jamais de chaussures, mais que je le ferai de manière plus réfléchie et désirée.

Donc je vous conseille d’écrire (dans une note de votre portable ou sur n’importe quoi qui soit accessible rapidement et que vous aurez toujours sur vous), une liste avec tout ce que vous possédez déjà. Par exemple 8 bougies, 10 tee-shirt blancs, 4 jeans noirs, etc… C’est juste pour faire le point dans votre tête, et quand vous serez sur le point de craquer relisez votre note et il sera plus facile pour vous de relativiser et renoncer à cet achat.

– Faire une liste de ce qui vous fait rêver et y mettre un prix :
Des rêves, on en a tous, mais comment réussir à économiser pour les réaliser lorsque ces rêves restent lointains et abstraits ?
Penchez-vous sérieusement sur vos idées, envies, rêves, désirs et vous allez déjà vous rendre compte qu’ils sont beaucoup plus à votre portée que vous n’imaginiez, puis calculez ce qu’il vous faudrait comme moyens pour y parvenir. C’est difficile de réussir à économiser lorsqu’on n’est pas réellement conscient de l’investissement que ça implique.
Faites le point sur l’argent que vous pouvez mettre de côté chaque mois, et essayez de faire un virement automatique chaque début du mois. Si vous attendez la fin du mois pour mettre de côté, généralement on a tendance à tout dépenser.
Lorsqu’un achat compulsif se fait sentir, repensez à ce que vous pourriez faire avec cet argent à la place : partir en voyage, acheter une voiture, un appareil photo, peu importe ! Vous serez sans doute un peu frustré, mais vous réaliserez et vivrez beaucoup plus de choses au bout du compte.

– Oublier sa carte bleue !
Pour ma part, la carte bleue me donne cette impression d’argent illimité, impalpable et donc je dépense beaucoup plus facilement, car je ne le vois pas physiquement s’écouler. Donc à partir de maintenant j’ai décidé d’essayer de la mettre de côté, je m’explique :
A chaque début du mois, faire les comptes de toutes les dépenses obligatoires (loyer, médecin, factures, courses alimentaires, etc…) et tirer le total de ces sommes (vous pouvez même les répartir en plusieurs enveloppes si vous avez peur de vous embrouiller). Donc déjà tout cet argent n’est plus sur votre compte et vous pouvez y voir plus clair sur l’argent qu’il vous reste. Demandez-vous si vous voulez voir tout cet argent partir en fumée dans des « futilités », je pense que la réponse est généralement non, mais que malheureusement c’est ce qui se produit bien souvent. Si vous souhaitez épargner, mettez tout de suite cet argent sur un autre compte ou si vous préférez l’avoir sur vous, tirez cet argent et rangez-le précieusement.
Si vous n’avez plus d’autres dépenses qui vous tiennent à coeur, vous pouvez songer à vous faire quelques plaisirs, on ne va pas rester cloîtrez à la maison et il n’y a rien de mal non plus à se faire plaisir ! Si vous ne voulez pas dépenser plus qu’une certaine somme (50,100,200€ peu importe) tirez aussi cet argent et faites en sorte de ne pas le dépasser. En le voyant partir, vous aurez envie d’en garder toujours un peu plus et aurez plus de mal à le laisser partir.
Logiquement si on suit à la lettre cette manière de dépenser, ça devrait marcher non ?

– Essayer avant d’acheter !
J’ai souvent la flemme d’essayer avant d’acheter des habits. Alors je rentre chez moi et là souvent je suis déçue. En général, deux solutions s’offrent à moi : soit je garde l’habit en me disant que j’arriverai peut-être à le porter une fois avec tel ou tel truc et souvent il reste dans le fond de mon placard et ne voit plus jamais le jour (le pauvre) donc mon argent est perdu bêtement, ou soit je me motive pour aller le rendre, SAUF QUE. Oui en général je suis frustrée, donc je lui cherche immédiatement un remplaçant, que je n’essaie toujours pas, et en passant je vois d’autres choses qui me plaisent, encore, donc je repars non pas seulement avec le remplaçant mais aussi avec d’autres pièces… Donc j’ai dépensé encore plus d’argent. Et pour peu que ce manège se répète, imaginez… Ça m’est arrivé récemment de retourner trois fois de suite chez Bershka, donc en plus de soûler les vendeurs, je m’épuise moi-même et mon porte-monnaie avec.
Alors que si dès la première fois j’avais essayé ce vêtement, je l’aurais peut-être tout simplement reposé et je n’aurais donc pas cherché de remplaçant ni dépensé cet argent, et n’aurais pas eu besoin de faire des allers-retours inutiles. Vraiment, je vois la différence quand j’essaye ou pas, et maintenant j’ai décidé de m’interdir d’acheter avant d’essayer (déjà parce que des fois ça démotive par exemple chez Zara).

– Se déconnecter des réseaux sociaux :
Je pense surtout à Instagram, Pinterest, Youtube.
Comment ne plus avoir d’obsessions si l’on se confronte sans cesse à toutes ses tentations ? Alors c’est chouette, ça fait passer le temps, ça nous fait rêver, mais dès lors où ça devient une obsession il faut essayer de se défaire de temps en temps des réseaux. Pour ma part j’avoue ne pas y arriver, surtout depuis que j’ai mon blog, j’ai envie de poster tous les jours une petite photo mais du coup des fois je fais en sorte de ne pas aller voir le fil d’actualité. Des fois, j’ai juste besoin d’oublier tout ça et me concentrer sur des choses plus « profondes » mais c’est vrai que c’est difficile, parce que c’est toujours dans ma main, littéralement. J’ai toujours mon portable avec moi et dès que je m’ennuie c’est mon premier réflexe, j’aimerais bien réussir à m’en défaire et me sentir moins dépendante de tout ça.

– Se désinscrire des news-letter :
Je ne compte même plus le nombre de mails que je reçois me proposant, les soldes, les nouvelles collections, les promos éphémères qu’il faut absolument saisir etc ! C’est étouffant, et malheureusement parfois ça marche ! Des fois je me sens obligée de saisir ses occasions et je cherche sur leur site des produits qui pourraient me plaire juste pour avoir l’impression de faire une affaire. Alors que de base je n’en avais spécialement envie. Je songe sérieusement à faire un grand tri dans tout ça, je pense que ça m’aiderait à être plus tranquille et sereine.

Voilà pour ma petite histoire, et mes conseils pour vous aider à sortir un peu la tête de l’eau. Je sais que ce n’est pas facile à comprendre pour ceux qui ne sont pas touchés et qu’on peut se sentir seul et incompris quand nous le sommes. En tous cas si vous avez d’autres conseils ou que vous voulez partager avec moi sur ce sujet c’est avec grand plaisir ! Vous pouvez me laisser des commentaires ou m’envoyer un mail peu importe, je serai très heureuse d’échanger avec vous ! 

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’au bout, et je vous dis à vendredi ! En attendant je vous souhaite une très bonne semaine. 

Les Couleurs d’une Vie.🌹

25 réponses sur « Les achats compulsifs, ou « l’oniomanie » : des remèdes ? »

  1. Beaucoup de lucidité et de bons conseils dans ton article ! Je pense aussi qu’il faut être doux avec soi même, s’améliorer oui mais ne pas s’auto flageller… Car ces comportements dépassent notre échelle personnelle, ils sont produits à dessein aussi, tout est fait pour que les gens craquent de manière compulsive.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Oui je suis bien d’accord, on se fait malheureusement manipulé par toute cette société de consommation… Et oui rien ne sert d’être trop dur avec soi-même 🙂 Je te souhaite une très belle soirée !

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis pas touchée par les achats compulsifs mais le sujet m’intéresse beaucoup. Je trouve ton article très bien construit, complet avec des conseils judicieux et pratiques. Si ce sujet t’intéresse, je t’invite à regarder le film Nadia – pour te donner une idée, je te joints le lien de mon article sur ce film https://lequotidiendemmanuelle.wordpress.com/2017/03/25/film-nadia-reflexion-sur-notre-rapport-a-la-consommation/ Je te souhaite d’arriver à te sortir de cette addiction.

    Aimé par 2 personnes

  3. j’étais aussi une acheteuse compulsive avant mais j’ai déménagé plusieurs fois et a chaque fois on se cognait les cartons de chaussures, de livres de je ne sais quoi encore. Le dernier déménagement c’était en plein hiver, j’étais malade j’avais mal partout, j’ai fini en pleurs et au final j’ai commencé a me désencombrer au fil des mois et j’ai surtout arrêté d’acheter mais c’est vrai que les réseaux sociaux n’aide vraiment pas parfois

    Aimé par 1 personne

    1. Oh lala j’imagine que ça devait être dur ! Si je dois déménager ça va être l’enfer ! Oui je pense que si je n’allais plus sur les réseaux sociaux je réduirai de 3 quart mes achats !

      J'aime

      1. Au moins de déménager ça était radical et les réseaux sociaux je me suis fais encore avoir ce soir mais c est de l alimentaire ça compte pas 😂😂😂

        Aimé par 1 personne

  4. Coucou Léa !
    Pas de jugement sur les blogs, ne t’inquiètes pas 🙂 J’aime beaucoup ton article, écrit à coeur ouvert, en toute sincérité et surtout très détaché. Tu arrives à analyser ton problème et trouver des solutions, c’est génial !
    L’achat compulsif est le symptôme d’une maladie qui est peu souvent reconnue comme telle : le mal-être. En achetant des vêtements dont on a pas besoin, au dessus de nos moyens, on cherche à combler un vide. C’est souvent dû à un manque de confiance en soi (avec des habits à la mode on sera mieux perçue !) ou un manque affectif.
    Les conseils que tu donnes, pour toi mais aussi pour tes lectrices, sont bien pensés !
    Tout d’abord et comme tu l’écris, je pense que réfléchir à son problème et essayer de le comprendre représente 90% de la guérison ! Lorsqu’on est bien dans sa peau, les habits ne sont qu’une question d’arrière plan 🙂
    Les autres conseils sont plus drastiques mais si ça marche, c’est le principal 🙂
    à bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ! Merci pour ton commentaire ! 🙂 je suis d’accord avec toi que le principal c’est de réfléchir sur soi, ses problèmes et pourquoi est ce que l’on agit comme ça (c’est pour ça que j’ai mis ce conseil en premier plan) mais je reste convaincue en tous cas pour mon cas perso qu’il faut « s’entraîner » avec des petits exercices pour sortir réellement de la, je vois ça un peu comme pour soigner d’une phobie : le plus important c’est de savoir d’où bien cette phobie et pourquoi etc mais si l’on fait pas des exercices pour se déshabituer à avoir peur de cette chose c’est compliqué ou en tous cas plus long à guérir…
      je te souhaite une très belle journée ! ☺️🌹

      Aimé par 1 personne

  5. Bonjour !
    Je trouve cet article très intéressant et très sincère. Et très bien écrit 😊
    Je voulais vous dire que je souffre moi aussi d’achats compulsifs et qu’il s’agit d’une maladie qui est reconnue par les professionnels de santé comme « addiction comportementale » ou « addiction sans produit ». Si c’est quelque chose qui prend une trop grande proportion dans votre vie, il est possible de consulter dans les services d’addictologie des hôpitaux psychiatriques. Il existe aussi des groupes de parole tels que les Débiteurs anonymes.
    Je viens moi-même de lancer mon blog et ma page Facebook sur ce thème, ce n’est pas encore très abouti mais j’essaie de rassembler des informations à ce sujet, et de témoigner de mon expérience.
    Bravo pour votre démarche en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce gentil commentaire !! Oui je trouve que c’est une maladie dont on parle peu et c’est dommage parce que ça touche de plus en plus de monde vu notre société… C’est aussi une maladie un peu décrédibilisé je trouve et c’est peut être pour ça que peu de gens osent en parler.. Merci pour les conseils que tu donnes ! Je vais aller voir ton blog qui doit être très intéressant ! ☺️ Bonne journée !! 🌹

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je pense que les gens ont honte d’en parler, parce que ça ressemble pas à une vraie maladie, on a peur d’être jugé, d’être pris pour quelqu’un d’immature qui ne sait pas gérer son budget…
        Mon blog débute, sois indulgente, il y a plein de choses à améliorer et à ajouter.
        Bonne journée à toi aussi 🍀

        Aimé par 1 personne

      2. J’ai lu quelques articles, je t’ai laissé un commentaire ! Pas besoin d’être indulgente il est vraiment bien ton blog, sincèrement ! Il mérite d’être connu !

        J'aime

  6. J’étais moi-même une acheteuse compulsive et j’ai réussi à sortir de tout ça il y a quelques mois. Mon porte-feuille me dit merci ! Ça s’est fait un peu sans que je m’en rende compte, j’ai commencé par être saoulée des magasins qui n’avaient jamais ce que je voulais, qui étaient remplis de monde, où je ne trouvais pas ma taille. Du coup, j’achètait sur internet, mais sur internet je ne sais pas pourquoi je suis très raisonnable. En plus de ça je suis très compliquée en vêtements, j’ai des critères vraiment spéciaux pour mes vêtements, alors comme ça je ne craque pas facilement haha.
    Mais c’est une chose assez handicapante dans la vie de tous les jours lorsque l’on est acheteur compulsif, surtout quand on habite dans une grande ville avec des magasins partout. Ça donne envie ! J’arrive désormais à me limiter, mais il suffit que j’ai un coup de mou pour que je me lance dans une séance shopping où j’achète tout est rien… là j’en suis pas fière !
    Bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton partage ! C’est génial si tu as réussi à sortir un peu de ça, surtout sans te frustrer ! Si tu as des conseils n’hésites pas à les partager 🙂 C’est pas facile de vivre avec que ce soit au jour le jour ou même ponctuellement, il faut essayer d’éloigner les tentations et comprendre pourquoi elles sont si prenantes sur le moment… Après il ne faut non plus trop se culpabiliser mais essayer de se raisonner et peut être se forcer à aller rendre les vêtements ou objets que l’on a acheté compulsivement si on ne se rend compte que l’on se sent mal avec au final !
      Et je suis d’accord qu’habiter dans une grande ville avec des magasins partout ça n’aide pas haha !
      Passe une belle journée 🌹🌹

      J'aime

  7. Bonjour, je viens de lire votre article suite à une recherche sur le net concernant mon mal être, j’ai découvert avec une grande peine que je souffre d’oniomanie, enfin un mot pour décrire ce que j’ai finalement. J’ai passé de très longues années dans cette douloureuse maladie, en me disant je l’avoue que mon enfance était certainement marquée (manque affectif, manque d’objets…), j’ai enfin compris les raisons qui me poussaient à vouloir « être bien ». Aujourd’hui je suis pour la ènième fois engloutie dans les problèmes financiers, tout juste rentrée, et je veux absolument m’en sortir. J’en peux plus de cette existence autour d’achats compulsifs, de la recherche du bien être. Aussi, puis je vous apporter mon témoignage ce jour, qui, enfin me donne la réponse…. et qui me laisse seule à affronter ce dilemne.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Sylvie,
      Beaucoup de gens sous-estiment la maladie qu’est l’oniomanie et pourtant c’est une maladie qui peut être très grave. Je te remercie énormément pour ton témoignage, encore une petite preuve que nous ne sommes pas seules. Évidemment tu es la seule à pouvoir affronter ce problème pour toi-même mais tu n’es pas obligée d’y parvenir seule. Tu peux faire appel à un psychologue/psychothérapeute, à un groupe de parole et d’entraide, et même si j’ai l’air virtuelle derrière mon ordinateur je suis bien réelle et c’est avec le plus grand dévouement que je peux essayer de t’aider. On peut discuter par mail ou Facebook si tu le souhaites, je pense que c’est important ne serait-ce que de pouvoir en parler à quelqu’un et avoir un soutien.
      Je ne sais pas si tu en as déjà fait mais je ne pourrai que te recommander vivement le travail thérapeutique avec un professionnel car même lorsqu’on pense connaître les réponses il peut y en avoir encore bien d’autres enfouies un peu plus loin… Il existe des psy gratuits dans des centres. Il faut aussi essayer de se coacher soi-même bien que ce soit compliqué parfois.
      En tous cas je voudrai te dire que ce n’est pas une fatalité et qu’il faut toujours croire en ses réussites et ses victoires. On est capable de beaucoup de choses, il faut essayer de se focaliser sur les choses positives.
      Je te souhaite tout de même une belle journée, un grand courage et n’oublie pas que mon mail est disponible dans la catégorie « about me ».
      Lea. 🌹

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s